L'AVANCEE

Association partenaire
d'Autisme France

Membre fondateur de
 l'URAFSE
Union Régionale
Autisme France Sud-Est

Rechercher

Formation

Soutenez l'association

16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 14:46

Un enfant sur 100 nait autiste, mais ce trouble neuro-développemental n'est pas inscrit sur son visage. C'est pourquoi les personnes avec autisme sont victime d'une double discrimination : le rejet de la différence, et le rejet du fait que cette différence ne se voit pas. Je vous invite à ouvrir les yeux sur ces personnes extra ordinaires qui sont partout, tout autour de nous. Sophie ROBERT

Partager cet article

15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 19:24

Partager cet article

6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 20:18

Nous sommes le premier mardi du mois !

Mardi 7 octobre , nous vous proposerons une rencontre lors de notre réunion mensuelle .

Elle se déroulera à 20.30 à La Maison De Quartier de Trigance , 1 Rue de la Futaie , 13800 istres .

Un covoiturage est proposé depuis Lancon (départ à 19.50) .

Merci d'avertir de votre présence auprès de L.avancee.ted@gmail.com ou bien par SMS au 06 64 26 92 29 en signant votre email .

Tout autre covoiturage pourrait être proposé si vous le désirez !

Partager cet article

12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 13:15

 

Nous avons terminé notre rapport d assemblée général 2013 accompagné des activités 2014 et des premières prévisions de 2015 que vous trouverez ici

 

Partager cet article

9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 07:07

daprès un article de "http://locamin.unblog.fr"

AESH : les conditions de recrutement et d’exercice

Une circulaire précise les modalités de mise en œuvre du nouveau dispositif des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH). Elle présente également le processus de « passage » des actuels AVS dans la catégorie AESH.

Tous les AESH sont des agents contractuels engagés par contrat de droit public à durée déterminée, sous réserve de l’autorisation du Dasen et de l’accord préalable du conseil d’administration de l’EPLE. Le CDD est conclu pour trois ans maximum. Il peut être renouvelé dans la limite maximale de six ans. Un temps complet équivaut à 1 607 h annuelles, sur la base d’un nombre de semaines compris entre 39 et 45.

Une qualification spécifique aux postulants est exigée, à travers la détention d’un diplôme professionnel dans le domaine de l’aide à la personne (dans un futur proche, les diplômes d’État d’auxiliaire de vie sociale, d’aide médico-psychologique ou de mention complémentaire aide à domicile seront remplacés par un diplôme professionnel unique), sauf si ces derniers peuvent justifier d’exercice professionnel antérieur d’au moins deux ans sur des fonctions d’aide à l’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap.

Selon les missions exercées par l’AESH, le recruteur est :

  • l’État via le recteur d’académie ou le Dasen qui en reçoit la délégation, pour exercer des fonctions d’aide individuelle ;
  • l’État via le recteur d’académie ou le Dasen qui en reçoit la délégation ou bien un établissement « en fonction des supports disponibles », pour exercer les fonctions d’aide mutualisée ou d’appui à des dispositifs collectifs de scolarisation.

Les AESH peuvent également être mis à la disposition des collectivités territoriales, sous conditions.

Désormais, la perspective d’une CDIsation est possible. Elle peut intervenir à l’issue de six années d’exercice effectif des fonctions. Sous quelles conditions ? Uniquement la durée d’exercice des fonctions (à apprécier au cas par cas, selon la quotité exercée, la continuité ou non des services accomplis…). Le texte ministériel précise que « la possession du diplôme professionnel ou l’engagement dans une démarche de validation des acquis de l’expérience en vue de son obtention ne sont pas obligatoires ».

L’AESH doit intervenir auprès de l’élève en situation de handicap, mais il doit également participer au suivi et à la mise en œuvre du projet personnalisé de l’élève à travers une présence aux réunions, aux dispositifs École ouverte et stages de remise à niveau…

Pour en savoir plus :

http://www.weka.fr/base-juridique/texte_LO_CIRCUL_MENH1411625C.html?utm_source=weka_actualite&utm_medium=article&utm_campaign=crosslink-bddj

Partager cet article

8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 13:09
CONFÉRENCE
INTRODUCTION A L'ANALYSE DU COMPORTEMENT VERBAL
Animée par le Dr Vincent J.Carbone, BCBA
20 & 21 OCTOBRE 2014 - PARIS 13

Agir et Vivre l’Autisme reçoit l’un des plus grands spécialistes de l'ABA, le Dr. Vincent Carbone pour animer une conférence sur différentes thématiques :

  • Développement du langage
    acquisition du langage, théories traditionnelles, théories comportementales,...
  • Augmentation de la production orale
    et de la production de discours
  • Réduction du trouble du comportement chez enfant avec autisme
    enseignements en milieu naturel, développement des compétences sociales, comportement verbal fondé sur la sélection et la typographie (AAC),...

Orateur de qualité et riche en humour, c’est à travers une conférence dynamique que le Dr. Carbone partagera avec vous ses 35 années d'expérience, ses connaissances et son savoir-faire.
Traduction simultanée en français durant ces deux jours, animations, diaporamas, mises en situations, analyses de vidéos..
.

Un pack de 300 slides en français sera adressé à chaque participant

N'attendez plus !!!
CLÔTURE DES INSCRIPTION LE 30 SEPTEMBRE 2014
CLIQUEZ
-ICI pour télécharger le programme complet & vous inscrire en ligne pour réserver vos places !!

Questions, renseignements & inscriptions : une seule adresse !
colloque@agir-vivre-autisme.org

Partager cet article

7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 21:55
BONNE RENTREE A TOUS

BONNE RENTRÉE A TOUS !

Quelques jours après la rentrée vous êtes surement quelques uns à subir le manque d'AVS .

Il existe pour cela quelques moyens pour se défendre :

  • Le collectif de Parent Egalited a créé une page juridique
  • La FNASEPH "grandir à l'école" : Comme chaque année à la rentrée scolaire la FNASEPH met en place une veille téléphonique tenue par des bénévoles du 25 août prochain jusqu’au 30 septembre 2014.

    L’organisation de la scolarisation des enfants et des adolescents présentant un handicap pose toujours un certain nombre de problèmes et génère de l’inquiétude et de l’incompréhension pour les parents.

    Que vous soyez Parents, Enseignants, AVS, vous pouvez poser vos questions ou apporter vos témoignages sur cette rentrée.




    03 23 55 18 52

    Du lundi au vendredi de 18 heures à 20 heures

Liste non exhaustive pour donner des possibilités d'aides à se défendre aux parents , Merci de nous adresser toutes infos utiles que vous souhaiteriez partager .

Partager cet article

12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 21:14

Aide à domicile : un rapport parlementaire confirme l'urgence d'une réforme

Le système de financement du secteur de l'aide à domicile est "à bout de souffle" et doit être "réformé d'urgence". S'il n'est pas nouveau, le constat du rapport d'information sur l'aide à domicile des sénateurs Jean-Marie Vanlerenberghe (UDI-UC) et Dominique Watrin (PC), adopté à l'unanimité le 4 juin par la commission des affaires sociales, a le mérite de confirmer les difficultés structurelles du secteur à l'heure où le projet de loi d'adaptation de la société au vieillissement veut favoriser le maintien à domicile des personnes âgées.
Le diagnostic des parlementaires rejoint celui réalisé par différents rapports publiés ces dernières années et qu'aucun acteur ne conteste plus. L'asphyxie des services d'aide à domicile trouve "une première explication dans la contraction des dépenses publiques et de celles des ménages", note ainsi le rapport. Mais cette situation est accentuée par des "faiblesses structurelles liées au mode de tarification des services ainsi qu'à leur organisation propre".

Simplifier la tarification

Les sénateurs déplorent la complexité de l'environnement juridique et tarifaire du secteur reposant sur la coexistence de deux modalités de tarification des services, l'agrément ou l'autorisation. Pour simplifier, ils proposent de substituer à ce droit d'option "un seul système d'autorisation rénové".
Fustigeant aussi des tarifs "variables selon les départements" et "globalement insuffisants pour couvrir l'ensemble des coûts supportés par les structures", il plaide pour l'évaluation, dès 2014, du mode de tarification défendu par l'Assemblée des départements de France (ADF) et le Collectif de l'aide à domicile actuellement expérimenté dans une dizaine de départements. Sur la base de cette évaluation et des résultats d'une étude nationale de coûts, il invite les pouvoirs publics à engager, dès 2015, une réforme pérenne de la tarification des services d'aide à domicile pilotée par la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA).
Autre proposition : confier à l'inspection générale des affaires sociales (IGAS) une mission d'évaluation du fonctionnement actuel des services polyvalent d'aide et de soins à domicile (Spasad), structures qu'il juge "indispensables dans une perspective de décloisonnement des secteurs sanitaire et médico-social".

Réformer les services

Quant aux fonds de restructuration de 2012 et 2013 pour venir en aide aux structures les plus en difficulté, ils "n'ont apporté qu'une réponse ponctuelle" , poursuivent les rapporteurs, et les efforts engagés dans le cadre du projet de loi "autonomie" ne permettront pas de "rééquilibrer le financement de l'APA [allocation personnalisée d'autonomie] entre l'Etat et les départements". Au final, ils invitent donc à renforcer durablement la participation de l'Etat dans le financement de l'APA et de la prestation de compensation du handicap (PCH) afin d'assurer la solvabilisation et la qualité des interventions des services. Ils proposent de définir un tarif national de référence de l'APA, modulable suivant les caractéristiques des départements.
Enfin, l'effort doit aussi venir des structures, qui doivent se réformer, pointe le rapport, notamment en s'engageant dans des actions de mutualisation - mise en commun de fonctions supports, de personnels d'encadrement ou de certains personnels d'intervention. Il plaide aussi pour le renforcement de l'attractivité des métiers de l'aide à domicile en poursuivant la mise en place de formations qualifiantes et professionnalisantes. Et, pour améliorer les conditions de travail des salariés du secteur, il invite à "engager une politique structurée de prévention de la pénibilité dans le secteur", à encourager des contrôles plus systématiques dans les structures d'aide à domicile ainsi qu'à renforcer les dispositions relatives aux conditions de travail dans les cahiers des charges applicables aux services.

L'aide à domicile auprès des publics fragiles : un système à bout de souffle à réformer d'urgence, rapport en ligne sur le site du Sénat.
http://www.senat.fr/rap/r13-575/r13-575.html

Partager cet article

7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 08:37

Conférence sur l'Early Start Denver Model (ESDM)

16 juin, faculté de Médecine de la Timone

Infos ici : https://sites.google.com/site/centreressourcesautismepaca/le-cra-paca/journees-d-information-congres-colloques/esdm

- Formation CRA pour les aidants familiaux à Aix (il reste la dernière session du 7 juillet sur "les dispositifs, les droits et l'accès aux prestations") :

https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=sites&srcid=ZGVmYXVsdGRvbWFpbnxjZW50cmVyZXNzb3VyY2VzYXV0aXNtZXBhY2F8Z3g6NjVmYzkzZGRjMzJkMTA0Mw

Partager cet article

7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 08:09

Tiré du Bulletin Officiel du 20 mai 2014 dernier , cela concerne la rentrée 2014 .avec en extrait l'annexe 12

Merci à notre adhérent de nous l'avoir transmis

L'article complet ici

Annexe 12
Mieux scolariser les élèves à besoins éducatifs particuliers ou en situation de handicap


1 - Favoriser l'inclusion scolaire des élèves en situation de handicap

1. Les auxiliaires de vie scolaire

La cédéisation des assistants d'éducation exerçant des fonctions d'auxiliaires de vie scolaire (AVS)

La loi n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014 crée la mission d'accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH).

Ces personnels pourront, après six années en contrat à durée déterminée, bénéficier d'un contrat de droit public à durée indéterminée, ce qui facilitera la continuité de l'accompagnement des élèves tout au long de leur scolarité et la professionnalisation des AVS.

La formation des contrats uniques d'insertion (CUI) exerçant des fonctions d'AVS

La formation a été rénovée afin de leur permettre de mieux exercer leurs missions et de faciliter leur parcours professionnel ultérieur. La durée de la formation double passe de 60 heures à 120 heures, avec deux volets : l'adaptation à l'emploi et la formation à l'insertion professionnelle. Les académies ont été destinataires de ressources pour mettre en œuvre ces formations.

2. Le projet personnalisé de scolarisation

Dans le cadre des travaux de modernisation de l'action publique, la nécessité de préciser les contours du projet personnalisé de scolarisation (PPS) des élèves en situation de handicap a été identifiée. Un travail partenarial, avec le concours des associations représentatives de personnes handicapées, a permis de préciser le contenu du PPS et de formaliser un document unique. Le guide de recueil des éléments scolaires (GEVA-Sco) est désormais stabilisé et mis à la disposition de toutes les équipes éducatives.

3. Le plan d'accompagnement personnalisé

Les élèves présentant des troubles des apprentissages pourront bénéficier d'un plan d'accompagnement personnalisé (PAP). Un document type est fourni aux équipes afin de les accompagner dans la prise en compte des besoins des élèves.

4. L'évolution des dispositifs collectifs

Les dispositifs collectifs (CLIS-ULIS) destinés aux élèves en situation de handicap évoluent, afin de mettre en cohérence leur fonctionnement dans le premier et le second degrés, de renforcer leur caractère inclusif pour mieux correspondre aux besoins des élèves. Cette évolution s'accompagnera d'une réforme de la formation spécialisée des enseignants.

Afin que tous les élèves qui le peuvent soient scolarisés dans les établissements, les unités d'enseignement des établissements spécialisés seront progressivement installées dans les écoles et les collèges à chaque fois que cela bénéficie aux élèves, afin de faciliter l'inclusion scolaire des élèves concernés. C'est ainsi que, dans chaque académie, une unité d'enseignement pour les élèves autistes est créée en maternelle.

2 - Prendre en compte les besoins éducatifs particuliers des élèves

1. Les Segpa

Une réflexion vient d'être engagée pour les Segpa (sections d'enseignement général et professionnel adapté). Elle s'appuie sur la spécificité de ces structures et de leurs enseignants pour renforcer les acquis des élèves en favorisant leur inclusion dans le collège.

2. Les mineurs incarcérés ou en centre éducatif fermé (CEF)

La continuité des parcours scolaires de ces mineurs est favorisée, notamment par l'instauration d'une continuité du suivi entre le milieu fermé et l'extérieur. Les missions de lutte contre le décrochage scolaire et les réseaux Foquale sont mobilisés sur cet objectif.

3. Les élèves intellectuellement précoces

Les élèves intellectuellement précoces (EIP) bénéficient des aménagements pédagogiques nécessaires. S'ils éprouvent des difficultés, un programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) peut être mis en place. S'ils présentent également des troubles des apprentissages, ils peuvent bénéficier du plan d'accompagnement personnalisé (PAP), qui organise les aménagements qui leur permettent d'entrer dans une dynamique de réussite scolaire.

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog